Une jeune joueuse belge suit son rêve de softball au Texas

Avez-vous déjà entendu parler de Maya Belahoumi? Non? Voilà qui ne saurait tarder. Formée à Louvain-la-Neuve avant de poursuivre sa route chez les Kangaroos de Bruxelles, Maya fait désormais partie du gratin belge et de ses équipes nationales. Plus que cela, depuis quelque temps, la jeune joueuse de 18 ans évolue désormais… aux USA! Une véritable fierté pour ses proches, mais aussi pour notre pays. Mais plus que son talent ou son envie d’aller toujours plus haut, comment cette Brabançonne s’est retrouvée là-bas? «J’ai été contactée par plusieurs collèges et universités grâce à l’agence Athlete USA. J’ai ensuite dû passer des tests d’anglais et de math tout en renvoyant des vidéos montrant mon niveau. Après, j’ai ensuite choisi le lieu qui me convenait le mieux.»

Un choix qui l’a menée au Texas dans le College Frank Philipps!

«Les USA ont été mon objectif depuis que j’ai commencé le softball. Ici je peux combiner mes études tout en étant une athlète et c’est vraiment incroyable», explique-t-elle. Mais plus qu’un aboutissement, Maya vise de nouveaux objectifs. «À court terme j’essaye d’atteindre mon plus haut potentiel pour aider mon équipe. Après j’aimerais jouer dans différents pays. Je ne sais pas encore combien de temps je vais rester ici, mais au minimum deux ans.»

Le saut dans le grand bain n’est pas toujours facile pour les joueurs d’Europe. Niveau exigences, intensité et rythme, il a fallu s’habituer à son nouvel environnement. «Le jeu est complètement différent ici, ils mettent beaucoup plus l’accent sur l’aspect tactique et la condition physique. On s’entraîne à peu près 4h par jour. Nous commençons par du physique à 6h45, puis nous avons entraînement après les cours à 14h45. La musculation est très importante également, ce que je n’avais jamais vraiment fait jusqu’à présent. Il peut y avoir des matches jusqu’à trois fois par semaine en saison. C’était dur de trouver ma place au début.»

Mais mis à part ces quelques points, tout semble se passer à merveille pour Maya qui avait déjà un solide bagage derrière elle. «Ma condition physique est l’une des meilleures de l’équipe et j’ai beaucoup de temps de jeux. Je suis titulaire en deuxième base, donc tout va bien. L’intégration s’est vraiment bien passée, toutes les filles ont été très accueillantes et je me suis fait des amis très rapidement, je m’entends vraiment bien avec tout le monde.»

Un parcours qui on l’espère pourra en inspirer bien d’autres. «Si j’avais un message à faire passer, je dirais aux jeunes joueurs et joueuses, qui ont un objectif, de ne pas écouteur ceux qui pensent que c’est irréalisable. Je leur dirais de continuer de travailler quoi qu’il arrive. Que ce soit à l’école ou sur le terrain et de ne pas arrêter même après avoir atteint cet objectif.»

D’ici là bon vent Maya! Nous sommes tous avec toi!